MERS EL KEBIR – FORUM !


BANNIERE A METTRE SUR VOTRE SITE WEB

kebir.gif

merselkebirjuillet1940.jpg

Bonjour à tous, et bienvenue sur ce blog !

Mers el kebirJ’ai bien envie de faire découvrir, l’histoire du drame de Mers El Kebir Mers el kebir(3 et 6 juillet 1940), qui fût fatal à mon grand père, Victor Le Borgne, ainsi qu’à de très nombreux autres jeunes Français.  Bizarrement, l’état Français cache le souvenir de cette affaire.  Plus grave, le cimetière des Français massacrés ce jour là, a été saccagé en 2005 et personne n’en parle ! C’est une sorte de cyber-hommage que je rends à mon grand père, ainsi qu’aux 1299 autres jeunes marins massacrés par nos (anciens) alliés, les anglais ! Une question se pose donc : Qui sont les vrais responsables de cette tragédie de Mers El Kebir ?

  • Les Allemands nous ayant vaincu et initiant l’histoire du drame ?
  • Les Français trop fiers pour transférer/isoler/saborder leurs navires de guerre, promettant seulement par Darlan de ne jamais laisser notre marine « la Royale » aux mains des Allemands ?
  • Les Anglais ayant été jusque là nos partenaires d’exercices et de combats ayant reçu l’ordre de Winston Churchill de bombarder notre flotte malgré les désaccords de ses amiraux ?

(rdv au forum – commentaires en bas)

J’ai réuni beaucoup de photos (rdv dans les répertoires) je vous les soumets, n’hésitez pas à m’envoyer des photos inédites et je vais tenter de vous expliquer ce qui s’est passé . . . à quel point c’est un drame ! Ce site a un but précis, faire connaître ce drame au plus grand nombre (surtout aux nouvelles générations) et prolonger le souvenir.

*************************************************************************

merselkebir.jpgPour recadrer vite fait : Nous sommes le fin juin 1940. sanstitre4.jpgFace aux hordes nazies, la France est « à genou » elle a demandé l’armistice ! Les alliés Anglais nourrissent les plus grandes craintes face à la formidable force navale Française qui pourrait passer du côté obscure, du côté fasciste ! Hitler ayant la main basse sur notre terre, Winston Churchill ordonne aux Français de neutraliser leurs navires de guerre, « La Royale » Française compte encore beaucoup de navires puissants hors de ses propres ports!

Mers el kebirMers el kebirMers el kebirMers el kebirMers el kebirMers el kebir

menace4.jpgp3b.jpgMer El Kébir est une ville d’Algérie, proche d’Oran et port militarisé par la France.

Là nous avions les croiseurs de bataille : Dunkerque et Strasbourg (des monstres!), des cuirassés Le Bretagne et Le Provence, un porte hydravions, 6 contre-torpilleurs juillet 1940, vers 7 h 00 du matin une escadre anglaise se présente devant Mers El-Kébir, les marins Français les connaissent très bien, ils ont fait ensemble de nombreux exercices. Les marins Français les saluent, pensant que les Anglais viennent les chercher pour poursuivre le combat. L’amiral Français Gensoul, refuse de dialoguer avec ces homologues Anglais. Ils est stupéfait de voir une barge venir lui remettre, un ultimatum, lui enjoignant de se soumettre.

Après une série de pourparlers et devant le refus des responsables français, l’escadre anglaise ouvre le feu à 16 h 56 sur les navires français coincés dans la rade, dos aux anglais.

 Nos alliés nous massacrent ! 

(quand j’écris « alliés » c’est dans l’esprit, chronologiquement le gouvernement de collaboration de Pétain étant en place, les Anglais ne sont plus les alliés de la France)

merselkebir1940ledrame21.jpg1300 marins français sont tuésmerselkebir1940ledrame41.jpg

dont mon grand père : Victor Le Borgne, fusiller marin à bord et menuisier dans le civil , laissant seules, une jeune femme et leurs 3 petites. Parfois ma mère rêve encore, à cet homme qui ouvrira la porte de sa chambre, en lui disant : « c’est papa » . . . elle n’avait que 2 ans, elle est au centre de la photo ci-dessous.

merselkebirannemarieleborgne.jpgmerselkebirlestroissoeurs.jpgmerelkebirvictorleborgne.jpg

(Les voici réunis pour toujours)

merselkebirledrameducombat12.jpgmerselkebirledrameducombat15.jpgLe drame du cuirassé Bretagne : les 1ères salves d’obus de 380mm, sont tombées sur la partie arrière du cuirassé, tuant près de 350 marins. Les dégâts étaient énormes et promettaient d’être gigantesques car les obus avaient éventré le pont arrière et par incidence les soutes à munitions se trouvaient éventrées et menaçantes. Un nouvel obus anglais, au même endroit et il s’en serait suivi une explosion titanesque, pulvérisant le cuirassé Bretagne, mais aussi les bâtiments d’à côté. Le commandant du cuirassé Bretagne à (juste après les premiers impacts d’obus) ordonné « logiquement » la fermeture immédiate des cloisons étanches et la mise en route des moteurs, pour dégager le cuirassé de la digue et éviter une catastrophe en chaine. merselkebirledrameducombat19.jpgInutile de préciser, que les 640 autres marins (qui n’étaient pas dans l’enfer sur le pont) se sont vu mourir, prisonniers dans le cuirassé. Beaucoup sont mort noyés dans les minutes d’avancée du Bretagne dans la rade, mais certains sont mort plusieurs heures après, ayant donnés signe de vie et criant frappant la cuirasse du Bretagne déjà retourné ... merselkebir1940ledrame13.jpgLe Strasbourg, puissamment armé réussit à s’extirper, puis à passer les champs de mines larguées par les avions anglais, il ouvra le feu sur les navires anglais qui fuyaient déjà les lieux de leur massacre … Beaucoup de navire français furent touchés, vous trouverez dans les bons répertoires des images d’époque qui vous montreront l’importance de l’attaque (sur le Mogador, le Dunkerque etc). L’état Français a enterré ses marins en grande pompes, a même fait des films de propagande (avec une voix Vichiste) contre lecimetiereen2005.jpgs anglais, mais n’a jamais reconnu l’erreur qui a coûté la vie à tant de jeunes hommes innocents, se cachant derrière la promesse de Darlan, que les navire Français ne passeraient jamais dans les mains Allemandes. Ce drame aussi cruel soit il, a prouvé au Américains (jusque là septiques) que l’Angleterre ne lâcherait rien et par incidence, ce drame a déclenché l’entrée en guerre des USA aux côtés des alliés; je veux dire par là, que les américains ont reconnu l’Angleterre comme dernier rempart et ont décider de s’engager et de fournir des armes aux Alliés. Nous connaissons tous l’importance de cette aide qui a permis de faire basculer le court de la guerre. Autre chose, le cimetière de Mers El Kébir est resté propre et entretenu de 1940 jusqu’en 2005, puis il fût totalement dévasté par des vandales et personne n’a bougé, l’état a payé de nouvelles stèles d’arase carrées (en lieu et place des croix Chrétiennes) et n’a plus de mémoire à ce regrettable sujet ! Mais nous avons un devoir de mémoire ! Même si les générations futures ne s’intéressent pas à ça,

  • Les responsables Français qui saluaient leurs homologues Anglais à leur arrivée sur Mers El Kebir, auraient pu et du, faire d’autres choix que de refuser (purement et simplement) les offres des Anglais se retrouvant seuls et ainsi prouver la suite de leur engagement dans le combat contre le fascisme. Ils étaient conscients que Hitler n’avait tenu aucune de ses promesse par le passé et les accords de l’armistice étaient ambigus. Adolphe Hitler aurait assurément eu besoin de notre puissante flotte de guerre et ne se serait pas formalisé de revenir sur les engagements pris. Surtout lors de son plan d’invasion de l’Angleterre (Opération Otarie).
  • Winston Churchill a ignoré les avis de ses amiraux (qui ont fait bon nombre d’exercices aux côtés des Français) et a préféré « saigner » que de convaincre. Avait il le choix ? La réponse est oui, mais l’urgence était là. C’est l’urgence qui est le premier déclencheur de ce drame.

nicolaslegoffic.jpgJ’ai créé ce blog hommage, pour honorer la disparitions de nos marins innocents, pour rappeler la douleur des familles depuis plus de 71 ans, pour expliquer ce qui c’est passé au plus grand nombre, surtout aux nouvelles générations. Je ne suis pas historien, j’ai déjà commis (et je commettrai encore) des erreurs historiques, chronologiques sur ce blog, mais j’avance, je corrige et me corrige, surtout j’apprends. Mon message est un message de paix et de devoir de mémoire. Il n’est pas question de laisser entrer ici des propos antisémites, d’anglophobie gratuite ou d’extrémisme d’aucune sorte.

  • Ceux qui veulent participer à ma quête de partage, en m’envoyant des photos, des documents sont les bienvenus
  • Ceux qui par leur connaissance des tenants et aboutissants de ce drame, peuvent m’aider à améliorer ce blog, sont les bienvenus
  • Ceux qui découvrent ce drame (les jeunes) et qui sont interpellés, sont très importants et sont plus que bienvenus
  • Mais les donneurs de leçons, les convaincus que les Anglais (en général) sont des (….), les antisémites et autres têtes brûlées, que ceux-là passent leur chemin
  • JE N’ADMETTRAI PLUS AUCUN DISCOURS BRUTAL OU ANTISÉMITE OU EXTRÉMISTE :Ceci pour préserver l’esprit du blog hommage.

Bonne visite à tous et encore merci pour vos témoignages de sympathie, ce blog, qui compte chaque mois près de 1500 visites, perdure grâce à vous.

Nicolas

merselkebir03juillet1940.jpg

Accès au forum de MERS EL KEBIR

webmasterlivredorfeuilletes25.gifmarin0031.giflivrepersonnage002.gif

emoticoneMettez le lien de ce blog sur votre site webemoticone

ACCES AUX DIFFERENTES VIDEOS SUR MERS EL KEBIR

 MERS EL KEBIR - FORUM ! dans EXPLICATIONS Mers-el-kebir-1-150x122Mers-el-kebir-2-150x121 dans EXPLICATIONSMers-el-kebir-3-150x121Mers-el-kebir-4-150x121

Pour la mémoire … Merci

Accès au forum de MERS EL KEBIR

 

194 commentaires à “MERS EL KEBIR – FORUM !”


1 2 3 4
  1. TESSIER Hubert 16 août 2014 à 11:09

    Bonjour
    Mon père, Jacques TESSIER avait 14 ans en 1940. Mais en 1943 ou 1944, il était au centre d’instruction de MERS EL BEKIR, avant d’être embarqué comme mécanicien sur le contre torpilleur LE TERRIBLE.
    Il a rencontré et a été formé par des survivants de ce combat naval. Je ne vous explique pas ce qu’il pensait des anglais, si bien qu’en entrant au collège, les trois aînés de la famille, nous avons eu l’obligation d’apprendre l’Allemand. Ce qui n’a pas été le cas pour les deux derniers. Je possède une photo prise de son groupe d’instruction dans la base de MERS EL KEBIR, j’ai son livret militaire, et je suis confronté avec des zones d’ombres entre ce qu’il m’a relaté sur sa vie de marin et les dates qui figurent sur ce document officiel.

  2. Pierre ROUBAUDI 5 août 2014 à 18:03

    Merci Nicolas pour ces informations.

    J’habite à Nice et je connais bien le musée océanographique de Monaco (Direction : Jules Rouch 1945-1957, Jacques-Yves Cousteau 1957-1988) et je n’ai jamais vu exposé ces vestiges. Est-ce bien ce musée dont vous parlez ?
    Si oui, en tant que voisin, je vais tenter de vous amener des photos.

    Selon les conditions que vous évoquez (renflouement en 1954 pour la valeur de l’acier), de nombreux vestiges doivent encore s’y trouver, d’autant que son statut de base navale et la profondeur (à en juger au tirant d’eau des navires de guerre) sont des obstacles pour les râtisseurs d’épave. Ainsi, il est fortement probable que de nombreux vestiges puissent y être trouvés.

    Il faut bien être conscient des nombreuses difficultés avant de rêver à une opération archéologique sous-marine de cette envergure :
    - les relations diplomatique avec l’Algérie
    - le fait que l’épave recelait des sépultures entraîne en théorie l’accord des familles de disparus (mais là, l’épave n’existe plus en tant que telle)
    - le statut de base navale et la profondeur (le revers de la médaille)
    - la sédimentation qui va entraîner un matériel spécifique
    - les possibilités techniques de conservation hors de l’eau
    Et toutes ces difficultés sans être certain s’il reste des vestiges exploitables…

  3. Nicolas (Administrateur) 4 août 2014 à 8:22

    Bonjour à tous.
    je vous reponds via mon téléphone parce que je suis au soleil chez les « ventres à choux » en Vendée.
    Tout d’abord merci pour vos commentaires, vous avez encore aiguisé la connaissance des details qui permettent une compréhension de ce complexe drame. Je lis avec une grande attention chaque commentaire.
    pour répondre à M. Roubaudi.
    je vous livre les informations que jai. Elles sont a verifier.
    l’épave du cuirassé Bretagne à été visitée en 1954. Ceci dans le but de la demanteler la même année. Cest une société italienne qui a remporté lappel d’offre et qui est entrée dans ce tombeau d’acier. On m’a expliqué de vive voix que lors de l’entrée les dizaines de corps etaient là, figés presque inchangés depuis 14 ans. Mais dès que les plongeurs sont entres, poussant les premiers pauvres marins, pour avancer dans les courcives, les corps se desintegraient. Plusieurs plongeurs ont ete hospitalisés et certain ont perdu la raison.
    Le démantèlement a ete long. Et l’ensemble de l’acier a été laissé a cette societe italienne.
    seuls quelques vertiges sont dans un musée a Monaco.
    Je ne deespere pas un jour de les voir.
    donc impossible de retrourner sur place pour voir l’épave car le port a ete dégagé et nettoyé il y a 60 ans.

  4. Pierre ROUBAUDI 2 août 2014 à 18:39

    Je voudrais avoir des informations sur ce qu’est devenue l’épave du Bretagne. Selon ma mère (fille d’un matelots disparu), elle a été démantelée entre 1947 et 1950.
    En effet, entre autres de mes passions, je suis plongeur et j’ai œuvré dans l’archéologie sous-marine.
    Si ce n’est pas fait peut-être qu’une opération archéologique serait envisageable ?

  5. Pierre ROUBAUDI 2 août 2014 à 18:31

    Un énorme Bravo et Merci pour tous ceux qui oeuvre pour ce site.
    Mon grand-père Séraphin STEVE était torpilleur du Bretagne. Il a manqué à sa famille de la région niçoise. Il était trompettiste et avec d’autres matelots, avait monté un orchestre qui jouait à l’escale – pas très étonnant que je sois à mon tour trompettiste et que j’ai le permis hauturier.
    Je veux déjà témoigner qu’il y avait des matelots originaires de toute la France sur le Bretagne.
    En complément de la juste réponse de Jacques DUMONT à MDEWFR, je voudrais ajouter que si cette « bataille » était si nécessaire pour l’Angleterre et CHURCHILL si désolé d’avoir du commettre cet incident pourquoi les anglais n’ont-ils jamais indemnisé les familles des victimes ? (en se remariant, ma grand-mère a perdu sa pension de veuve de guerre).
    Il est vrai qu’il n’est pas possible d’analyser simplement les solutions proposées par CHURCHILL parce que l’histoire n’était pas connue et aussi que matelots et officiers devaient se sentir bien plus en sécurité en Algérie même sur un bateau de guerre, que leurs familles en France métropolitaine.
    Un courrier de mon grand-père (que ma grand-mère a reçu après le 3 juillet) lui annonce sa démobilisation et son retour rapide.
    Sans jamais juger GENSOUL, je me pose toujours la question de cet ordre d’embarquement et de mise aux postes de combat de soldats démobilisés pour des navires dont l’artillerie est irrémédiablement tournée vers la terre.
    Merci à André MAISSEU qui a relayé des informations importantes :
    tout d’abord la flotte française de Mers el Kebir n’a pas fait que participer à des exercices avec la marine anglaise, mais ont réalisé des opérations de guerre dans la mer du Nord. Le WOOD était alors commandé par de l’amiral Withword qui selon mes sources était également le chef d’escadre. Cet amiral a été débarqué par CHURCHILL lui même au profit de Somerville qu’il avait déjà mis à la retraite pour ses excès en opération. Je ne pense pas que Withword ait eu l’occasion de refuser les ordres de CHURCHILL (désolé André de contredire ton hypothèse) car au moment où il a été débarqué l’ultimatum n’avait pas encore été rédigé, ce qui e dit encore plus long sur les intensions d CHURCHILL.
    Info que je n’avais pas (Merci André) et qui est également primordiale : le sous-marin l’Ariane avait les moyens de couler le WOOD et Darlan le savait, donc GENSOUL aurait aussi pu le savoir. Est-ce pour cela qu’il a indiqué qu’il répondrait à la force par la force ? C’est la seule explication que je vois à cette injonction qui parait très inappropriée (voire suicidaire) au regard de la situation.
    Je voudrais m’adresser aux sous-mariniers (et leurs descendants) de l’Ariane pour leur dire combien je suis fier que la FRANCE n’est pas atteint les intérêts militaires anglais à cette occasion, et ce malgré la perte de mon grand-père qui m’a toujours manqué.

    Bon courage Nicolas. Je peux t’envoyer la lettre de mon grand-père si tu y vois un intérêt.

  6. Jacques 10 juil 2014 à 13:39

    @Mr Chollet,
    Vos doutes sur une éventuelle livraison de la Flotte aux allemands sont le résultat de la désinformation gaulliste de ces 60 dernières années, qui a toujours occulté ce que les vrais historiens (et de Gaulle lui-même) connaissaient, à savoir que l’ordre de sabordage (en cas de tentative d’un coup de force allemand) a été donné très tôt et confirmé de vive voix par Darlan à Churchill, et que cet ordre était DEFINITIF, c’est à dire qu’il ne pouvait en aucun cas être annulé par un contre-ordre qui aurait été arraché à Darlan ou à Pétain sous la contrainte allemande.
    Il n’y avait donc AUCUN risque, et la suite l’a prouvé.

  7. Jacques 10 juil 2014 à 13:27

    @Mr Podroznik,
    En outre, vos insultes à l’égard du général Georges et de l’amiral Gensoul ne salissent que vous. Qui pouvait être « bouffi d’orgueil » comme vous le dites, sinon l’amiral anglais qui donnait l’ordre (rien de moins!) à la flotte française (à peu près le même tonnage que la flotte anglaise de l’époque)de le suivre?. Est-ce comme cela qu’on se comporte avec un allié?
    Quand à l’amiral Darlan, son comportement fut à ce moment d’une sagesse exemplaire, si j’en crois le témoignage précédent de Mr André Maisseu quand il s’opposa au torpillage du Hood par le sous-marin Ariane avec un ordre ainsi motivé :« Les Anglais sont toujours nos alliés »

  8. Jacques 10 juil 2014 à 13:14

    Mr Podroznik,
    Votre analyse partisane politiquement correcte ne résiste pas au fait que par l, il y a eu un armistice de signé sans lequel les allemands ne se seraient pas arrêtés sur la ligne de démarcation, mais seraient allés jusqu’aux confins du Sahara. Ceux qui font l’amalgame entre capitulation et armistice ne connaissent pas leur langue.
    D’ailleurs Churchill a reconnu que Pétain a fait à ce moment là ce qu’il y avait de mieux à faire, vues les circonstances et n’a pas accablé la France quand il fut informé de la signature de l’armistice:
    « Je n’ai jamais dit que le
    gouvernement de Vichy, en signant l’armistice, avait commis un acte de trahison. Mais j’ai trouvé à
    Londres quelqu’un qui le prétendait. C’était un général français. Je m’en suis servi ! »
    Goering ne déclara-t-il pas: « L’armistice fut la plus grande faute du Führer. »(Pétain et la France, Jean-Raymond TOURNOUX)

  9. Laurent 14 juin 2014 à 19:31

    Bravo, merci pour ce site,
    Mon grand père Raymond était second maitre radio sur le Bretagne. Mon père est né 4 mois après… Je pense souvent à ce drame et vous dire que je suis fier d’eux. Le hasard de la vie a fait que le père de ma compagne était également sur le Bretagne comme bosco et a réussi à sauver sa vie. Soyons fiers d’eux je ne les oublierai jamais.

  10. Walter Podroznik 13 juin 2014 à 22:54

    Manque de confiance : rupture de l’accord selon lequel la France ne peut signer d’armistice avec l’Allemagne sans l’accord de l’allié, la GB.

    Suffisance de l’amiral Gensoul, qui refuse de prendre note d’une notification de la flotte britannique portée par un officier britannique d’un grade inférieur à lui.

    Ego-centrisme caractérisé des Français (40 millions de pétainistes!) qui ne considèrent que LEUR point de vue mais qui seront contents de l’appui et de l’organisation par les britanniques des réseaux de résistance pour se retrouver, vers la fin de la guerre « tous résistants à l’occupation ».

    Et n’oublions pas que nous avions affaire à des officiers et politiques peu surs comme Darlan, collaborationnistes comme Laval et consorts.

    Celà n’enlève rien au drame. Mais reprochez d’abord l’intransigeance aveugle de votre état major formé de Gensoul et autres Georges, bouffis d’arrogance et gonflés d’orgueils, mais veules et lâches dans leur incapacités de décisions fiables. Ce sont eux qui ont favorisé ce désastre humain.

  11. Alewna 7 juin 2014 à 10:50

    Bonjour,

    Merci pour cet hommage à ces marins dont la vie a semblé si insignifiante aux politiques de l’époque.
    Mon grand père était maître mécanicien sur un de ses bateaux. Il a survécu à ce drame terrible et si je crois les dires de ma grand mère il a également réussi à sauver quelques un de ces camarades.
    Le traumatisme a été tel qu’il n’a jamais pu en parler.
    J’adorais mon grand père mais cet horrible massacre l’a toujours hanté, et sa vie n’a jamais pu être celle qu’il aurait mérité car il était atteint de troubles psychologiques post traumatiques .
    Il a reçu la croix militaire, dérisoire récompense après un tel massacre . Ma grand mère était fière de cette médaille mais lui a toujours refusé de la porter estimant que le guet-apens dans lequel les marins se sont retrouvés n’auraient jamais du avoir lieu et qu’ils avaient été trahis à la fois par les alliés mais également par le gouvernement de l’époque.
    Saborder des bateaux remplis de marins et détruire la vie de jeunes hommes est un acte horrible .

  12. Aubert Béguel 6 juin 2014 à 13:43

    Votre reportage m’a beaucoup émue. Mon père était sur le Strasbourg et toute sa vie les images du 3 juillet 40 l’ont hantée. A aucun moment il n’a oublié ses camarades et ils aurait été malade de voir ce qui a été fait aux tombes de nos soldats lui qui entretenait celles de ses amis.
    Il nous a toujours dit qu’ils avaient ordre de saborder leurs bâtiments au cas où ils tomberaient aux mains des allemands.
    Je remercie ces hommes qui même lorsque qu’ils ont été libérés se sont battus pour la liberté de notre pays la France. Mon père s’est battu aux cotés du général De Lattre de Tassigny comme beaucoup de marins de la France libre. Mon père était un héros il s’appelait François Béguel il avait 24 ans.

  13. Chollet 3 juin 2014 à 20:59

    Ce fait historique est Impressionnant de désolation même après l’avoir découvert pour ma part il y a une trentaine d’années. On peut dire beaucoup de choses sans tout connaître de l’histoire sur les anglais face à nous et ce depuis des siècles (guerre de cent ans, etc…sans omettre le sentiment britannique sur les batailles Napoléoniennes) Mais c’est très difficile de juger des décisions prises par nos pairs pendant un conflit ou même une bataille.
    La crainte de Churchill n’était elle pas justifiée devant la tournure des évènements depuis une quinzaine d’année.
    En effet : reconstruction d’une armée allemande pourtant interdite par le Traité de Versailles, occupation de la Rhénanie démilitarisée depuis 1918 par des unités militaires et invasion toujours par les troupes allemandes d’une partie de l’Europe de l’est dès le mois de mars de l’année 1939 tout ceci sous nos yeux sans que rien ne soit fait par les politiques françaises et anglaises de l’époque pour tenter de contrôler le nouveau régime militaire de l’Allemagne et empêcher ses invasions.
    La tension diplomatique devait être bien grande avant cette entrevue dans la forêt de Compiègne éxigée par Hitler dans le même wagon où vingt ans plus tôt, avait été signé la réddition de l’Allemagne.
    La France vaincue par l’envahisseur depuis quelques jours passés sur notre territoire et qui a accepté, en échange de l’éxistence du gouvernement de Vichy, le passage de sa flotte sous contrôle allemand n’aurait elle pas donné ordre à l’amiral Darlan de rappatrier nos bateaux dans leur port d’attache comme elle s’y était engagé.
    Et comment être sûr de la désobéissance de ce dernier à une pareille demande sous la pression de l’occupant ?Quel est l’avenir pour un simple soldat qui déserte ?
    Alors un amiral, chef de la flotte française de surcroît, qui s’est engagé à toujours servir la France et ses dirigeants ainsi qu’obéir à ses supérieurs.
    Attention en disant cela, je n’ai pas l’envie ni même le droit d’avoir un quelconque doute sur la parole de notre amiral. Qui serais-je et comment oserais-je ?
    Non, j’aimerai simplement décrire l’athmosphère ou climat qui j’imagine devait régner à ce moment là tout simplement pour essayer de comprendre …
    J’ai’ par contre plus de mal à comprendre le refus de l’amiral Gensoul de recevoir le porte parole de la flotte anglaise sous prétexte de son grade de capitaine …
    Le reste, c’est la tragédie que vous décrivez si bien.
    J’ajouterai que la guerre ne se résume pas à mes yeux à des histoires de héros et de gloire comme dans la Grèce antique ou comme je le pensai quand j’étais petit garçon.
    Non, c’est plutôt une sorte de folie destructrice, d’horreur, du pire de l’inhumanité, de souffrance, d’erreurs et au milieu de tout cela des gestes de bravoure, le meilleur de la nature humaine dans le courage et l’abnégation, du don et du sacrifice de leur vie qu’ont eu des millions de soldats ou civils souvent par obligation ou par idéologie pour que nous puissions aujourd’hui vivre et dormir les yeux fermés.

  14. Goaoc 5 mai 2014 à 10:58

    Devant la précision de certains élléments que vous apportez, j’ai eu encore plus d’émotion que h’abitude.Je me doutais qu’un certain nombre d’hommes c’étaient noyés faute de pouvoir sortir du bateau, mais c’est encore pire que ce que je croyais. Sur ce plan, on pense à un Peal Harbor français (bateaux en train de couler emportant au fonds des centaines de marins) même si les circonstances furent bien différentes. Un ami m’a donné un document concernant ce qui s’était passé à Alexandrie (c’est passé près d’un autre Mers-el-Kébir), le respect entre anciens compagnons de combat (en Norvège par exemple). Churchill a sa responsabilité, Darlan encore plus à mon sens. Quelle tragédie.

  15. Jacques DUMON 11 avr 2014 à 22:10

    A Mr André Maisseu.
    Je suis bien du même avis que vous et je vous remercie des précisions apportées que je ne connaissais pas, en particulier les quatre avions anglais abattus par des chasseurs français et surtout le Hood, orgueil de la Royal Navy dans la ligne de mire du sous-marin Ariane. Il est regrettable que le torpillage n’ait pas été autorisé car les pertes en matelots du Hood auraient de toutes façons été légères grâce à l’assistance de ses navires de soutien tous proches.
    Mais le Destin a remis à plus tard le sort bien mérité par ce cuirassé, assassin de la Bretagne et de 1300 marins français, quand il fut pulvérisé d’un seul obus bien placé par le Bismarck, le coulant l’espace de 3 minutes et emportant avec lui la quasi-totalité de ses 3000 marins.
    La Bretagne fut vengée, capital et intérêts, dommage que ce fut le fait des allemands.

  16. andre maisseu 16 fév 2014 à 17:39

    Monsieur,
    J’ai fait également des recherches approfondies sur ce drame, dont j’ai publié une petite synthèse dans un de mes romans dont je tairai le nom, afin de ne pas polluer mon message.
    Vous omettez des points très importants et je vous invite à les corriger le plus vite possible :
    1° En 1939, l’amiral Gensoul a commandé pendant deux mois et demi une force navale CONJOINTE, franco-anglaise, la première de toute notre histoire, en Atlantique nord pour couler deux bâtiments allemands, le Gneisenau et le Scharnhorschasser. L’escdre fançaise est celle qui se trouve à Mers el Kebir; l’escadre anglaise est celle de l’amiral Withword, très précisément celle-là même qui va attaquer à mers el Kebir !!!!!
    Withword a du refuser d’exécuter les ordres donnés par Churchill car il est débarqué cinq jours avant l’agression et remplacé par Sommerville. LES MARINS FRANCAIS CONNAISSAIENT TOUS LES MARINS ANGLAIS QUI VONT ESSAYER DE LES COULER !!! Ils ont navigués près de trois mois ensembles.
    On a dit que Gensoul avait mal compris les exigences anglaises, ce qui est faux : Gensoul parlait parfaitement anglais. On a dit que l’intermédiaire anglais comprenait mal le français: totalement faux également , le capitaine Holland était précédemment attaché militaire de l’Ambassade de Grande Bretagne à Paris ! On a dit que les Anglais ne connaissaient pas les instructions secrètes de Darlan; encore faux; Gensoul les a communiquées lors du second entretien qu’il a eu avec Holland à bord du Dunkerque
    2° J’affirme de source totalement sûre, mon oncle, Paul Maïsseu, quartier maitre électricien, croix de guerre, se trouvait à bord du sous marin Ariane, classe Sirène, de 550 tonnes, les français ont tout d’abord répondu A FUMEE BLANCHE, c’est à dire a blanc. L’Ariane en plongée au large de Mers El Kebir a eu le Hood par le travers, à moins d’un demi mille. Le pacha de l’Ariane a demandé à Alger l’autorisation de torpiller le Hood. Alger (Darlan) a refusé en indiquant (fait rarissime, un ordre n’est jamais justifié): « Les Anglais sont toujours nos alliés ». L’Ariane est partie rejoindre Toulon.
    3° L’énorme fumée dont on dit qu’elle mit un terme à l’agression, a été volontairement émise par les Anglais pour déguerpir à la vue de l’Indomptable qui annonce toute la flotte d’Alger
    4° Les quatre avions anglais ont été abattus par deux Dewoitine 520 de la base aérienne d’Oran (Senia).
    Je me tiens à votre disposition, avec mes archives. Cordialement
    André Maïsseu
    andre.maisseu@wanadoo.fr

    (PS : Ne tombez pas dans le piège du politiquement correct en allant chercher des excuses à l’ignominie des britanniques en faisant allusion à quelque incompétence du coté de la Royale.)

  17. Barbe Jp 2 fév 2014 à 13:13

    Merci pour la mémoire de ceux qui l ont vécu.
    Mon grand père coté maternel était sur le Strabourg .
    Gamin et pleins de questions , j ai entendu par épisodes cette tranche de sa vie et que je la redécouvre sur ce blog et les vidéos.
    Hélas tout y est ! De la vedette anglaise rapide au retour à Toulon et entre les deux tout tel que décrit par un homme que j ai eu la chance de connaître
    Il était sur le pont ,canonnier aux pièces de tir et il a vu son copain tomber dans le mazout en feu alors qu il tranchait une amarre à la hache . Il a vu la Bretagne chavirer et il parlait bien en secondes !
    Quand j’avais 12 ans et à ST MALO, j’ai vu en le comprenant déjà , la bêtise des « grands » .
    Il a voulu me faire visiter un joli torpilleur anglais ,amarré à cul d’un allemand, à quai dans la bassin.
    Visites fréquentes à l’époque des « parades de tout le monde est gentil  » 20 ans après
    Même en montrant sa carte de marin du Strasbourg, dont les lettres forment la silhouette du cuirassé, le sous officier britannique nous a éconduit dans sa langue maternelle . Mon grand père m’a donc emmené à la coupée du torpilleur allemand’ . Et là : Respect . Accueil vrai , discussions à bord avec le jeune « master » en français haché avec le vieux marin … Au carré et en déjeunant . Gêné au début l officier avait des yeux troublés à la fin et je n ai pas oublié le salut de ce gars à mon grand père , sur le quai devant les touristes aux barrières et un officier anglais un peu marri
    Mon grand père à juste dit je m en souviens  » vous n êtes pas allemand aujourd’hui , vous êtes marin comme moi  » il a eu la chance de partir en ayant connu son petit fils et beaucoup plus
    Mon grand père
    Jean SALOU À un quelconque poste de tir sur le Strasbourg . Reparti de Toulon à Fougères par les sentiers caches revoir sa femme et sa fille
    Encore merci pour ce blog

  18. Arlette Schiano di Lombo 20 jan 2014 à 16:00

    J’avais 10 ans à Mers-el-Kebir quand le 3 juillet 1940 un haut parleur nous a demandé de partir aux abris, les anglais ont posé un ultimatum mais les bateaux français ne voulaient pas rentrer avec eux car ils étaient à l’abri.En Algérie il n’y avait pas d’allemands.
    ,on est parti dans la montagne
    Mon père a vu tout le bombardement, il était avec qques autres hommes pour voir s’il pourraient sauver des marins.Mais non.
    le 6 ç 6h du matin ma mère m’a réveillée et on est parti en courant: »les anglais reviennent!
    Cette fois on est allé au tunnel et on est passé à côté du bateau échoué (le Dunkerque je crois, le Bretagne avait déjà coulé,)
    là j’ai entendu les marins qui appelaient leur mère « Maman au secours je ne sais pas nager! »
    j’étais une petite fille mais je n’ai jamais oublié ces voix d’hommes!
    et les avions mitraillaient les ponts du bateau où on ramassait les morts et les blessés
    Des camions amenaient les morts ds la salle de cinéma et tte la journée on entendait la sonnerie aux morts.
    Je n’oublierai jamais

  19. frederic9 3 jan 2014 à 3:00

    A l’intention de Ricard: Le cimetière militaire a été remis en état, et si les croix n’ont pas été redressées, chaque tombe a une plaque avec le nom du marin qui y repose. Le cimetière civil qui est cote a cote avec le cimetière militaire n’est hélas pas aussi bien entretenu malgré les tentatives de créer une association ad hoc. De nombreux civils qui reposent dans ce cimetière avaient des liens de parenté avec les marins de la base.

  20. Eric 7 déc 2013 à 19:17

    Mon grand-père était un survivant de Mers el Kebir. Il était sur le Provence. Né en 1910 et ayant vécu jusqu’à 94 ans il m’a souvent raconté cette journée ainsi que tout ce qui avait précédé depuis la mobilisation en 1939. En particulier les rencontres avec les camarades marins anglais lors des escales… Merci d’avoir créé ce site qui permet d’éclairer cette page d’histoire assez peu connue.

  21. Fredo 5 déc 2013 à 23:28

    Je laisse un petit message ici en souvenir de mon grand père qui n’était pas à Mers El Kebir en ces jours si tristes mais il a été matelot sur le Dunkerque pendant près d’un an. Le souvenir de ce si bau navire le hantait encore dans ses vieilles années lui combattant français de la poche de Dunkerque fait prisonnier en Angleterre en 1940!!!!!

  22. cogan olivier 30 nov 2013 à 21:57

    A toi mon grand père tu y étais grâce a dieu tu en est revenus nous n oublierons pas tes camarades tombé la bas merci pépère
    Son nom François Marie Cogan officier des équipages de la flotte canonnier

  23. igenlodewordsmith 6 nov 2013 à 2:49

    J’ai fait quelques récherches mais n’ai pas pu rien découvrer sur le sort des blessés de Mers el Kebir. Selon Wikipedia, ils étaient évacués vers les hôpitaux d’Oran: sont ils enfin rapatriés? A quel époque? Il y avait un marin au moins qui a été blessé pendant l’attaque de Mers el Kebir mais qui est mort à Casablanca deux ans plus tard…

    (Il faut que vous me pardonne mes origines anglaises et les défauts de grammaire qui en résultent, hélas!)

  24. MORGAN SCO 28 oct 2013 à 9:48

    Mon oncle est un rescapé du cuirassier BRETAGNE
    je cherche une liste des survivants de ce navire pouvez vous m indiquer ou je pourrais trouver cette information
    merci Morgan SCO

  25. Jacques DUMON 20 oct 2013 à 22:49

    @mdewfr
    Monsieur, votre grammaire trahit vos origines anglaises. Je comprends très bien que vous cherchiez à défendre l’honneur de vos compatriotes, très compromis dans cette affaire, mais vous semblez ignorer beaucoup de choses.
    En particulier, Darlan, que vous méprisez, avait donné un ordre DEFINITIF de sabordage de la flotte au cas où les allemands chercheraient à s’en emparer. Cet ordre prévoyait que même un contre-ordre arraché sous la contrainte ne pouvait annuler cet ordre. Le sabordage de la flotte à Toulon a prouvé que la parole d’honneur de Darlan à Chuchill a bien été respectée.
    De ce fait toute l’infamie de Mers El Kébir retombe donc malheureusement sur l’Angleterre.
    Par ailleurs, vous écrivez que l’Afrique du Nord était sous le pouvoir du gouvernement de Vichy et par conséquent sous celui des nazis, ce qui est une contre-vérité manifeste.
    On sait que le général Weygand préparait déjà secrètement les troupes françaises disponibles en Afrique du Nord à une reprise des combats et celles-ci purent faire immédiatement leurs preuves dès le débarquement allié en Sicile et surtout réussirent magnifiquement à percer la ligne Gustav à Monte Cassino à l’étonnement de tous et en particulier celui de vos compatriotes.
    L’Afrique du Nord n’a donc jamais été « nazie ».

  26. Salaun 5 oct 2013 à 13:32

    Bonjour à Tous

    Juste un mot pour vous dire que mon grand-père était à bord du Bretagne lors du bombardement. Son histoire:
    Il a réussi à nager loin du navire mais a été grièvement brûlé. Transféré ensuite à l’hôpital de Toulon, où malheureusement il décéda. Son dossier militaire a été transmis à mes parents 50 ans après le bombardement !

    A mon grand-père

    Cordialement

  27. ricard 19 sept 2013 à 17:14

    sait on dans quel état se trouve le cimetière où reposent les marins…On m’a assuré que les croix des tombes avaient été TOUTES renversées…J’ai même reçu des photos…Si c’est vrai quelles sont les protestations qui ont été émises par l’état Français…? et qu’a t’on fait…?

  28. mdewfr 15 sept 2013 à 13:39

    A partir quel moment vont les Français créer une site de commémoration sur les sujets de Pearl Harbour et The Blitz.
    Le Malghreb était sous Vichy donc également sous les nazis.
    Darlan était autant collaborateur que Pétain, donc pour quoi Churchill doit-il accepter son parole?
    Les anglais auraient perdu la guerre si ils avait perdu l’atlantique.
    Si les anglais avaient perdu l’atlantique les Russes n’auraient pas était ravitaillés en aides militaires et humaines afin repousser les nazis a partir de 1943.
    La méditerrané était la clé de la victoire finale, malheureusement les Français ont toujours eu la tendance vicieuse a mettre trop prioritaire sur la bataille en lieu de la victoire finale, demande Napoléon.

  29. MESNIER 30 juin 2013 à 8:24

    Passionné d’histoire je lis avec passion tous ces commentaires..On ne refait pas l’histoire.. Avec des Si et des mais et il faut des décennies pour analyser froidement les faits..Celà paraitra simpliste a certains, car parler d’histoire en sirotant son apéro,avec des gens qui pour la plupart n’étaient pas né dans les évènements de l’époque…
    Mais nous avons une chance malgré tout, pour les gens nés juste après guerre, de se pencher sur les faits afin de mieux connaitre nos racines…Et comme il est dit très justement qu’aurions nous fait a leur place ? Ils nous reste une valeur certaine..celle du devoir de mémoire, et de tous les camps, connaitre l’histoire de son pays reste indispensable afin de ne pas tomber dans les mêmes travers…
    Dans l’affaire de MERS EL KEBIR il me semble que la division du gouvernement Français en mai 40, est l’un des éléments principaux ,qui a conduit un AMIRAL dans une position inconfortable..Albert Lebrun président de la république a laissé faire…La logique aurait voulu que notre flotte se retire dans un endroit plus propice a une reconquête du territoire…
    Les anglais des lâches.??..certes devant la douleur d’un être cher, on peu comprendre..
    Mais nous,français n’avons nous pas été lâches aussi devant Adolf Hitler ?
    L’histoire du monde est un vaste pulzze et chaque fait doit s’imbriquer parfaitement..et il faut toujours se pencher sur les conséquences directes d’un fait…et parfois difficilement explicable…
    C’est pourquoi l’histoire me passionne, et je dois ici remercier mon meilleur professeur qui a su me donner l’envie de me pencher sur ces tragédies de l’humanité…
    Et il n’y a pas assez d’une vie pour essayer de tout comprendre…
    Merçi de m’avoir lu.
    Cordialement a tous…

  30. Liorit jacques 29 juin 2013 à 13:59

    bonjour mon pére etait matelot sur le Volta .Par quel site je pourrais savoir s il etait a bord de celui ci pendant la bataille de mer el kébir ou le sabordage de toulon .en tout cas bravo pour votre blog et merci pour eux.
    cordialement
    jacques

  31. Danton Quentin 3 juin 2013 à 10:26

    « L’histoire avait hélas démontré que la parole des anglais était souvent moins fiable que celle des anglais. »

    Hein ? O_o

  32. rollat 29 mai 2013 à 8:20

    Bonjour,
    Je vais publier un 7ème ouvrage dont le premier sur cette période liée à l’occupation allemande dans le Languedoc et notamment le GRAU DU ROI pays de marins ! Si vous souhaitez qu’une photo significative et explicite y figure sur cette tragédie je l’a mettrais en indiquant votre légende. Vous voyez. Cordialement
    C.ROLLAT 0698841723

  33. Nicolas (Administrateur) 17 mai 2013 à 8:47

    Bonjour Fabrice,
    merci pour votre commentaire (merci également à vous tous)
    J’ai fait une recherche et j’ai trouvé un LEON Marcel (pas Antoine) regardez sur la page suivante : http://www.ledrame-merselkebir.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=66&Itemid=31?&limite=175&let=L
    Cela ne veut pas dire qu’il n’y était pas, c’est le début des recherches qui sont parfois longues, mais ce n’est pas étonnant, 73 ans après.

  34. fabrice 17 mai 2013 à 8:30

    bonjour, j’ ai mes deux arriéres tantes encore vivantes qui m’ont parlé recemment de leur frére decédé à mers el kebir sur le cuirassé le bretagne il s’appelait Antoine léon il était secrétaire puis je avoir grace à votre aide des renseignements sur sa vie militaire et y a t-il possibilité de savoir dans les sepultures si il est répertorié au cimetiére de Mers el kebir JE VOUS REMERCIE

  35. Mongrandonclesousmarinier 21 avr 2013 à 16:12

    Salutations à tous de la part d’un petit neveu de survivant de Mers-el-Kébir.
    Une petite information de contexte importante sur nos alliés anglais en 1940. Les troupes du corps expéditionnaire anglais en France n’ont eu que moins de 6000 tués au combat pendant la bataille de France dont une bonne part en organisant la fuite de Dunkerque (et environ 4000 tués supplémentaires lors de la perte du Lancastria pour les embarquements à Saint Nazaire/Nantes). Cela donne une idée de l’engagement réel de nos « alliés » à nos côtés. Si l’on totalise en regard les français tués en 1940 par ces mêmes anglais, on pourrait se demander à qui l’empire britanniques faisait-il vraiment la guerre en 1940. Beaucoup de commentaires s’interrogent sur ce qu’aurait été la guerre avec une flotte française entièrement et spontanément engagée avec le Royaume-Uni. Mais il faudrait aussi se demander si l’engagement de l’Angleterre sur le continent (deux fois moins de troupes que la Belgique pour un empire de plus de 500 millions d’âmes) ne fut pas le réel hiatus.

  36. Jacques 20 avr 2013 à 11:37

    Monsieur Nomis, relisez-moi.
    Il est très facile de refaire l’histoire 60 ans après. Savez- vous que ces marins avaient des familles en France, des enfants aussi, des parents qui auraient pu être pris en otages par les allemands? Car les allemands auraient eu les noms des matelots, sous officiers et officiers des équipages qui se seraient ralliés aux anglais, alors qu’un armistice avait été signé.
    Y avez-vous seulement pensé un instant? Mettez-vous à leur place avant de réécrire l’histoire sur une nappe de cafétéria comme trop souvent on le fait.

  37. LAHURE 16 avr 2013 à 8:24

    Une plaque commémorative avait été apposé sur la digue de Mers el Kébir en mémoire des marins du Bretagne et de cette tragédie , auriez vous une photo de cette plaque qui doit être au musée de la marine à Paris
    salutations

  38. NOMIS 13 mar 2013 à 22:37

    le plus grave et le plus triste – c’est l’inertie des « chefs » de la marine – quoi de plus simple que de se rallier ! non la royauté demeure trop bien ancré pour devoir seule décider – le mal français dans toute sa splendeur – attendre, tergiverser – l’anglais etait aux abois et luttait pour sa survie – le monde libre luttait pour sa survie – alors quiite à mourir l’angleterre ce jour la nous a fait la guerre ! Merci Amiral DARLAN il nous doit cette page néfaste – je ne comprends même pas pourquoi il a été enterré parmi les matyrs de cette tragedie ?? poser vous la question ? et si nous avions été dans le même dilemme qu’aurions nous fait – je connais la réponse – respectons nos frères d’armes assassinés au champ d’honneur – dommage que nos amiraux ce jour n’ai eu pas eu le courage de « changer de camp » – sabordage ? pour ? contre ? je suis certain que si la flotte avait rejoint le monde libre cette guerre aurai duré beaucoup moins longtemps – au final je suis sur que ces valeureux marins ne sont pas morts pour rien ! je m’incline devant le courage de ces hommes, mais suis persuadé que nos chefs n’on pas été au rendez-vous de l’histoire ce jour la !

  39. Jacques 13 fév 2013 à 23:50

    Malheur aux vaincus ! Ils portent tous les torts…
    Monsieur Bonamza, l’initiative de signer un armistice sans en référer à l’allié anglais fut causée par la désertion dudit allié encerclé à Dunkerque avec une partie de l’armée française et promptement rembarqué dans des conditions dramatiques par des navires anglais sur les plages.
    Dans ces conditions, fallait-il poursuivre une lutte perdue d’avance et sacrifier encore quelques dizaines de milliers de soldats français pour rien? C’était facile à dire, vu de Londres, surtout quand on sait avec quelle facilité certains français de londoniens ont passé en pertes et profits la mort des 1300 marins de Mers El Kébir…
    Churchill avait reçu la PAROLE D’HONNEUR de Darlan que la flotte ne tomberait pas sous la coupe allemande et il a tenu sa parole puisqu’il avait donné des ordres DEFINITIFS en ce sens, qui ne pouvaient être annulés en aucune façon, même par un contre ordre arraché sous la contrainte.
    L’attaque démentielle et incompréhensible des anglais à Mers El Kébir a eu pour effet immédiat et durable de braquer de façon durable la Marine française et tous ses marins avec elle, contre notre ex-allié. Cet état d’esprit est encore perceptible de nos jours.
    Et il explique largement que la Flotte se soit sabordée au lieu de venir reprendre la lutte aux côtés des américains en Algérie. Darlan, qui a été destitué aussitôt qu’il a entrepris des pourparlers avec les américains récemment débarqués en Algérie, a appelé en vain la Flotte à quitter Toulon avant l’invasion de la zone libre.
    Sans Mers El Kébir, il est probable qu’il aurait été entendu et que la face de la guerre en eût été changée.
    Ce tragique sabordage, j’estime que les anglais en sont les premiers responsables.
    Il est malheureux que l’annonce de l’envoi de plusieurs navires de forte puissance de feu en renfort depuis Toulon ait été intercepté par les anglais pendant que Gensoul cherchait à gagner du temps: Il est probable que les anglais auraient prudemment battu en retraite plutôt que de risquer des pertes.
    On ne refait pas l’Histoire. Ce sont les vainqueurs qui la font.

  40. BENAMZA 11 fév 2013 à 22:38

    Bonjour à tous.
    Merci pour ce blog où j’ai pu trouver matière à inspiration pour un chapitre de mon premier roman que je viens de terminer et pour lequel je vais partir à la recherche d’un éditeur. Dans ce roman intitulé pour l’instant « DERNIER RETOUR A ARCACHON  » deux de mes personnages principaux embarqués à Lorient sur le MOGADOR se trouvent pris dans la bataille de Mers El Kébir. J’y expose les faits dans ce chapitre et mon opinion dans un des derniers chapitres quand mon « héros » revient à Arcachon. Mon opinion fondée sur de multiples recherches est que la flotte française représentait un potentiel de guerre beaucoup trop important pour la laisser tomber aux mains des allemands. La décision de Churchill n’a été prise qu’après la signature unilatérale, contrairement aux accords passés avec l’Angleterre, de l’armistice par Pétain. Cette rupture des accords entraînait de fait la rupture de l’alliance franco-anglaise à l’initiative de Pétain. l’Amiral Darlan était favorable au ralliement de la flotte à l’Angleterre, mais une fois ministre il y était opposé. Devant ce que l’on peut considérer comme une trahison on peut comprendre l’attitude de Churchill qui dans sa situation ne pouvait pas prendre le moindre risque de voir les navires français sous pavillon allemand.
    De plus l’amiral Somerville avait tout fait pour offrir une solution parmi plusieurs possibilités à l’amiral Gensoul et avait même repoussé son ultimatum de 16h30 à 17h30 pour donner aux français la possibilité d’évacuer les navires. Mais Gensoul n’avait cherché qu’à gagner du temps pour, sur ordre de Darlan, bien loin de là, engager le combat alors même que sa flotte n’était pas en situation de le faire. Pourquoi avoir décidé de se saborder en cas d’attaque allemande et au contraire de livrer le combat contre l’Angleterre où se trouvaient quand même bon nombre de « réfugiés » français y compris des navires? Pour moi le premier responsable de ce carnage a été l’Amiral Gensoul. Il pouvait désarmer les navires, les saborder, les expédier en Outre-mer ou loin en Afrique ou leur faire rallier l’Angleterre autant de choix qui pour au moins 4 d’entre eux auraient permis de sauvegarder la puissance navale française pour des jours meilleurs. En quels termes a-t-il rendu compte à Darlan pour qu’il lui ordonne de combattre? on ne le sait pas mais on peut penser que s’il avait été lui même favorable à l’une des propositions anglaises ou bien il aurait pris sa propre décision ( il était quand même amiral!) ou bien il aurait présenté la situation à Darlan de façon à obtenir de lui autre chose qu’un ordre de combattre. Il lui aurait, par exemple, suffit de lui dire que ses navires n’étaient pas prêts à livrer bataille ce qui était vrai.

  41. LE PALUD 10 fév 2013 à 18:44

    Bonjour,
    Tout d’abord, merci pour ce travail précis et très documenté, chapeau!!
    Depuis de nombreuses année, le sujet m’intéresse et c’est aujourd’hui que je me suis plongé dans le sujet.
    Mon père y était, il ne nous en a jamais parlé!! trop choqué sans doute, sa soeur, ma tante m’a dit qu’il avait été blessé et sur la plage ramassé avec les morts, un homme lui a donc sauvé la vie, sans lui je n’existerait pas…
    je ne sais sur quel bateau il était, je vais tenter de retrouver son fascicule,

  42. Philippe Joux 9 fév 2013 à 16:01

    Je salue le travail que vous avez fait pour que survive la mémoire de votre grand-père et de ses camarades aussi tragiquement massacrés.
    Je m’incline devant la douleur des familles de ces soldats et je déplore que ces évènements n’aient pas été célébrés comme ils le devaient
    par la République Française.
    Je crois avoir lu que pour des raisons de pure balistique les canons des navires au port n’étaient pas en état de riposter et que la flotte anglaise restait hors d’atteinte. Partant de là, nos marins étaient
    inéluctablement sacrifiés. On peut alors se demander pourquoi on ne leur a pas laissé le
    temps d’aller se réfugier à terre pour sauver leurs vies. Mais il toujours facile de refaire l’Histoire après coup.

  43. rolin 22 jan 2013 à 13:39

    Sujet bien traité.
    La douleur côté français, la raison d’intérêt majeur, le dépassement de soi, le mal nécessaire côté anglais,la confiance contre le doute, la tristesse, la vie, la mort, la rancoeur….la fragilité humaine et l’horreur de la guerre.
    Respect profond à tous ses jeunes hommes qui le plus souvent au prix de leur propre vie ont permis que les nôtres soient belles.

  44. Jacques 5 jan 2013 à 19:23

    Monsieur Saliou,
    Votre anglophilie et votre gaullisme inconditionnel vous font oublier que l’attaque insensée des anglais s’est produite en juillet 40, à un moment où les anglais étaient encore nos alliés et que Darlan n’était qu’Amiral de la Flotte. Rien ne laissait supposer une quelconque déloyauté de la France vis à vis de son allié anglais, ni les funestes conséquences de l’invasion allemande en métropole sur la politique française.
    De même les français et en particulier les marins français étaient à mille milles de s’imaginer un tel ultimatum de leur allié les rabaissant au niveau d’ennemis potentiels.
    L’histoire avait hélas démontré que la parole des anglais était souvent moins fiable que celle des anglais.
    En tout cas ils l’ont au moins tenue une fois à Mers El Kebir en mettant leurs menaces à exécution, prenant les français totalement au dépourvu.
    Pour votre information je cite ci-dessous Wikipédia:
    « Les Britanniques… ne savaient pas que les installations portuaires de l’Atlantique et de la Manche avaient été sabotées par les marins français, avant l’arrivée des troupes allemandes, ni que l’amiral de la flotte, Darlan, avait donné l’ordre à tous ses états-majors de saborder leurs bâtiments si les Allemands essayaient de s’en emparer. Ce dernier ajouta même que, s’il devait donner plus tard un ordre contraire sous la contrainte, il ne faudrait pas en tenir compte et que seul l’ordre de sabordage devrait être considéré ».
    Et Darlan avait donné personnellement sa parole à Chuchill que la Flotte ne serait pa.
    Apparemment cela ne lui a pas suffi…

1 2 3 4

Laisser un commentaire


Victor Le Borgne

Victor Le Borgne

BIENVENUE A BORD

BIENVENUE A BORD

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

VOS COMMENTAIRES

Mes albums récents

  • Album : Cimetière Dec 2012
    <b>merselkebir cimetiere 03</b> <br />
  • Album : Cérémonie Brest 2012
    <b>IMG_3123</b> <br />
  • Album : (Uk) HMD VIDETTE
    <b>mers el kebir hms vidette.jpg</b> <br />
  • Album : (Uk) HMD KEPPEL
    <b>merselkebirhmskeppel.jpg</b> <br />
  • Album : (fr) Contre Torpilleur Le Lynx
    <b>merselkebirlelynx.jpg</b> <br />
  • Album : (fr) Contre Torpilleur Le Kersaint
    <b>merselkebirkersaint.jpg</b> <br />
  • Album : (Uk) HMD VORTIGERN
    <b>merselkebirhmsvortigern.jpg</b> <br />
  • Album : (Uk) HMD ACTIVE WRESTLER
    <b>merselkebirhmsactive.jpg</b> <br />

A votre avis

Qui sont les responsables de ce drame ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...

Blog du Conseil de Gérance ... |
Association les loups de mer |
Gem de Rostrenen |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les ami(e)s du Costa Rica
| Comité d'Etablissement Airc...
| association VERT LA VIE